Vers la fin années 60, au début des années 70, alors que tous les quarts de métier s'organisaient pour améliorer leurs conditions de travail, se structurer et être reconnus comme des métiers professionnels tel que nous les connaissons aujourd'hui, l'industrie du transport quant à elle n'a pas ressentie le besoins de se joindre au mouvement parce qu'entre autre, elle était déjà réglementée.

     Par la suite, à la fin des années 80, lors de la déréglementation du transport, notre industrie a subi une perte de reconnaissance et une dégradation importante de ses conditions de travail sévi depuis ce temps.

     L'augmentation des contraintes et des règlements  doublés d'amendes sévères ainsi que la diminution de la flexibilité de nos horaires ont été mis en place pour augmenter la sécurité et contrer les abus.

     Le manque d'adaptation des gouvernements et de l'industrie face aux nouvelles et préexistantes réalités du transport tel que les temps d'attente, les lacunes de logistique, la densification du trafic, l'augmentation des chantiers de construction, le manque de maintenance et d'adaptation du système routier et le système de livraison '' on time'' se font ressentir de plus en plus lourd. Nous croyons primordiale d'adresser et de changer le manque de cohérence entre les lois et règlements face aux réalités du transport.

     Nous avons donc, à la Fédération Canadienne du Transport, commencé par cerner la base de ces problèmes et avons déterminé certains points comme étant l'essentiel de notre mission.

1- Faire reconnaître notre métier comme métier professionnel.

2- Harmoniser les lois à l'échelle du pays.

3- Faire appliquer et respecter les lois déjà existantes qui protègent notre métier. 

  • Facebook Social Icon